La maison vague, comme un terrain vague en été

2013

La Maison-vague 

Le projet s’inscrit dans un contexte expérimental. Il est réalisé à Reims par une société de HLM – l’Effort Rémois – dans un lotissement de 63 parcelles avec de fortes contraintes économiques.

La Maison-vague met en œuvre du végétal pour ses qualités architecturales et environnementales, notamment en terme d’isolation thermique. Elle se présente sous la forme d’une coque entièrement végétalisée protégeant l’habitacle de la chaleur en été et du froid en hiver. Sa forme est élémentaire se résumant à un simple tapis de végétation qui ondule et flotte au dessus du sol à hauteur d’assise (la margelle en bois ceinturant le plateau constitue une sorte de grand banc). Le rapport traditionnel entre la maison et son jardin est perturbé, le projet les englobant tous les deux dans une même construction

À l’intérieur, les volumes sont également très simples. Au rez-de-chaussée, séjour, cuisine et espace multimédia peuvent s’ouvrir les uns sur les autres par des parois coulissantes. A l’étage, deux chambres séparées par une pièce d’eau sont desservies par une mezzanine. Une attention particulière est portée aux relations intérieur/extérieur. La terrasse située à l’arrière de la maison prolonge les espaces du rdc permettant, par exemple, de se sécher au soleil après la toilette. A l’étage, l’espace de la douche est délimité par une baie vitrée ouvrant sur un paysage de nature. Une vue en coupe montre que les volumes intérieur et extérieur ne suivent pas exactement la même forme. L’espace intérieur est dessiné, en partie haute, par une coque en demi-cylindre et, au rez-de-chaussée, par de grands meubles de rangement rétablissant la verticalité des parois. Ils regroupent en continu penderie, bibliothèque, rangement multimédia et mobilier de cuisine.

La maison est entièrement construite en bois (structure, coque et façades pignons). Seul le plateau la décollant du sol est en béton. Les performances thermiques sont assurées par l’orientation nord-sud, la végétalisation de la coque et les façades pignons en double paroi. Les parois extérieures sont en polycarbonate et les parois intérieures en verre et bois. Le chauffage de la totalité des espaces est assuré par un petit poêle à bois situé dans le séjour.

La technique de végétalisation a été conçue avec Pierre Georgel (Ecovégétal). La maison est simplement recouverte de terre reconstituant artificiellement la déclivité d’un terrain naturel en pente. Le challenge technique réside avant tout dans la très forte pente qui a demandé la mise au point de systèmes innovants pour le maintien de la terre et la rétention de l’eau. Les plantes ont été sélectionnées pour leurs qualités plastiques, et leur capacité d’adaptation au milieu (résistance dans le temps et entretien minimal). C’est un mélange de sédums, de graminées, de thyms, de lavandes et autres petites vivaces et aromatiques différemment réparties en fonction de l’inclinaison de la coque. Un système d’arrosage automatique est prévu mais il est uniquement réservé aux périodes de très forte sécheresse.

La maison est vivante. Elle change d’aspect, de couleur et d’odeur avec les saisons. De nouvelles plantes peuvent être apportées par le vent, les insectes ou les oiseaux conférant à la construction un caractère de friche ou de terrain-vague, d’où son nom la Maison-vague.

 

Surface habitable : 110 m // Lieu de construction : commune de Sillery à proximité de Reims // Date de livraison : Février 2013 // Maîtrise d’ouvrage : Effort Rémois // Maîtrise d’œuvre : Patrick Nadeau // Consultant technique : A.D. & Services // Végétalisation (expérimentale) : Ecovégétal

 

La Maison-vague 

The project context is based on experimentation, and initiated by the public housing council of Reims (HLM – l’Effort Rémois) – in a subdivision of 63 lots with heavy economic constraints.

La Maison-vague uses vegetation for its architectural and environmental qualities, particularly in terms of thermal insulation. A fully vegetated shell protects the interior from summer heat and winter cold. The basic form is to encapsulate within a single mat of vegetation that undulates and floats above the ground, at sitting height (the rim surrounding the wooden shelf is kind of a big bench). The traditional relationship between house and garden is changed, disturbed even, the project encompasses both in the same construction. 

Inside, the volumes are also very simple. The ground floor, living room, kitchen and multimedia space can be opened by sliding walls. Upstairs, two bedrooms are separated by a bathroom, which is accessed by a mezzanine. Particular attention is paid to interior and exterior relationships. The terrace at the back of the house extends to the areas of the ground floor, for example, to dry in the sun after bathing. Upstairs shower space is enclosed by a bay window opening onto a panorama of nature. A sectional view that shows the inner and outer volumes does not exactly follow the same form. The inner space is drawn, at the top, by a semicylindrical shell and, on the ground floor by large cabinets restoring vertical walls, which includes a wardrobe, library, media storage and kitchen furniture.

The house is built entirely of wood (structure, hull and facades gears). Only the foundation is concrete. The thermal performance is ensured by the north-south orientation, the vegetation of the hull and double wall facades. The outer walls are made of polycarbonate and the inner walls of glass and wood. A small wood stove in the living room provides heating for the entire space.

 The vegetation has been designed with Pierre Georgel (Ecovégétal). The house is covered with soil that mimics that of a natural slope. The technical challenge lay primarily in the steep slope that required the development of innovative systems for the maintenance of land and water retention. The plants were selected for their aesthetic qualities and their ability to adapt to the environment (resistance over time and minimal maintenance). It is a mix of sedums, grasses, thyme, lavender and other perennials and small aromatic herbs that are distributed according to the inclination of the hull. An automatic watering system is provided but it is only reserved for periods of very severe drought.

The house is alive, changing its appearance, color and odor with the seasons. New plants can be brought by the wind, insects or birds and gives the building a certain character or even a fallow ground-wave, hence the name La Maison-vague, which could equally and poetically signify an ocean wave or an open field (terrain vague).

 

Surface area: 110 m2 // Place of construction: the commune of Sillery near Reims // Client: Effort Rémois // Project management: Patrick Nadeau // Technical Consultant: AD & Services // Vegetation (experimental): Ecovégétal